Pendant la période estivale, la CGT est toujours présente auprès des agents afin de défendre leurs conditions de travail

La CGT est intervenue aux urgences suite à des faits de violence à plusieurs reprises. Et après discussion avec les agents a déposé un préavis de grève le 23 juillet 2018

Au motif que, « même si la période estivale est synonyme de « suractivité », les personnels usés jusqu’à la corde sont arrivés au bout du bout  de ce qu’ils peuvent humainement endurer.

Les revendications, anciennes :

 – Portent sur l’amélioration urgente des locaux en termes de sécurité (voir rapport sécurité).
 – Des embauches immédiates, alors que des « carences » en effectifs infirmiers et aides-soignants sont récurrentes pour les équipes de jour et de nuit. Ce qui entraîne la « détérioration de la prise en charge et de la sécurité des patients et des personnels, de l’insécurité et violences subies au quotidien et une majoration des risques psychosociaux pour les agents »(voir dernières FEI) Date de déclaration : 16/07/2018 et 23/07/2018
- La mise en place d’une équipe de brancardage 7/7 et 24/24.
 IAO 24/24 et 7/7.

Nous vous demandons que soit procédé à des recrutements immédiat infirmiers et aides-soignants

Suite à cela la direction de l’établissement a fait des propositions que voici ci-dessous.

Agression d’un personnel soignant (faits du dimanche 22 juillet 2018)

Mesures immédiates:
– Une plainte (10 h mardi 25 juillet 2018, brigade de Chinon) a été déposée par le centre hospitalier de Chinon contre l’auteur des faits au titre de la protection fonctionnelle vis à vis de ses agents, et pour appuyer la plainte déposée dans le même temps par la victime ;
– Il a été proposé à l’agent de rencontrer le médecin du travail, ou un psychologue de l’établissement, avec le cas échéant une déclaration d’AT ;
– La gendarmerie a transmis la plainte relevant de la juridiction pénale auprès du procureur de la république ;
– Le visionnage des enregistrements de vidéo-protection aura lieu le vendredi 27 juillet 2018.

Mesures préventives de « sécurisation » du service

Mesures de mise en œuvre rapide :
– Communication / information des personnels médicaux et non médicaux
o Note rappelant la procédure à suivre par les agents en cas d’agression verbale ou physique caractérisée (dépôt de plainte, demande de protection fonctionnelle) et de l’accompagnement de l’administration dont ils peuvent bénéficier dans le cadre de ces démarches ;

– Communication auprès des patients
o Révision du contenu, de l’emplacement et de la taille des affiches dans le service des Urgences (entrée, secrétariat, salle d’attente) rappelant les peines encourues en cas d’agression d’agent public dans ses fonctions, avec le cas échéant le rappel des plaintes déposées par l’établissement à ce titre et des sanctions prononcées ;
o Affichage des délais d’attente

– Préconisations vis à vis des fermetures/ouvertures d’accès aux urgences, permettant de « sécuriser » l’accès :
o portes battantes de la salle d’attente vers couloir dont l’accès est autorisé (bouton électrique) depuis le secrétariat) exclusivement réservée aux familles allant vers UHCD; toutes les demandes autres ne seront plus permises.
o porte accès couché : remplacer le bouton « appui long » situé à l’extérieur de la porte par une sonnerie qui permette exclusivement un déverrouillage de la porte par un soignant depuis l’intérieur.
o Ces 2 accès sont considérés comme les plus sensibles, à sécuriser, par les soignants.
Une visite sur place a eu lieu avec le DRH, Mme MALBEC et des agents du service, pour en vérifier le caractère sensible. La faisabilité et réalisation doit être confirmée et pilotée par les services techniques.

Mesures concernant les personnels participant à la sécurisation du service
– Présence d’un agent de sécurité : aujourd’hui, des agents formés au SSIAP assurent cette permanence jour et nuit sur l’établissement (sauf journées du samedi et dimanche où un agent des services techniques est présent) qui n’est pas classé dans une catégorie d’ERP obligeant une présence SSIAP 24/24; néanmoins, il est prévu que les agents SSIAP non formés sur cet aspect puissent obtenir une qualification professionnelle d’agent de prévention et de sécurité ou que les recrutements nouveaux (y compris pour des agents intégrant les services techniques) y fassent référence.

– Présence d’une organisation infirmière intégrant 3 IDE matin et AM, tous les jours de la semaine, WE et JF : une organisation soignante répondant à ce calibrage en effectifs, suite aux revendications déjà portées auprès de la Direction, a été déterminée et pourra être mise en place, après avis du CHSCT notamment.

Inscription d’un CHSCT exceptionnel en septembre 2018 portant sur :

– le déploiement du plan de sécurité de l’établissement (PSE) : les différents aspects de la mise en œuvre du PSE seront notamment évoqués, avec la problématique particulière du service des urgences ;

– la présentation pour avis d’une organisation soignante IDE pour le service des Urgences, répondant à l’organisation cible souhaitée, visée ci-avant.

COMME VOUS LE CONSTATEZ LA CGT EST PRESENTE ET RESTERA TOUJOURS PRESENTE POUR DEFENDRE LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES AGENTS

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *