Le lien des retraité-e-s d’Indre et Loire. N°36-Décembre 2023.

EDITORIAL

Les raisons de la colère !

Isabelle DAVID, secrétaire générale de l’USR CGT 37

L’augmentation des retraites et pensions est la revendication première pour la majorité des retraités. En 2023, 50% des 17,3 millions de retraités ont des revenus inférieurs au SMIC et 27% des retraités perçoivent une retraite inférieure à 1000 € brut par mois dont 74% des femmes.

Et cette situation ne va pas s’améliorer puisque l’annonce de la revalorisation des retraites AGIRC-ARRCO de 4,9% au 1er novembre 2023 et de 5,3% de celles du régime général au 1er janvier 2024, ne prend pas en compte l’évolution de l’indice des prix à la consommation qui, en août 2023, s’élevait déjà à 5,7%. De plus, cet indice ne représente pas la réalité pour les retraités les plus modestes. En juillet 2023, les prix des produits alimentaires s’élevaient de +12,7 % par rapport à l’année dernière. Ils ont augmenté de 24,8 % depuis début 2019. Les prix de l’énergie ont augmenté de 40, 6 % depuis début 2019.

Compte-tenu des pertes cumulées depuis le 1er janvier 2017, nos retraites ont perdu environ 10 % et le décalage est encore supérieur par rapport au Smic ou au salaire mensuel de base. La revendication CGT « Pas une retraite en dessous du SMIC CGT », soit 2000 € brut mensuels, ainsi que celle exigeant le retour à l’indexation des retraites sur l’évolution du salaire moyen prend tout son sens pour permettre aux retraités de vivre dignement. Pour y parvenir , la CGT exige une revalorisation minimale immédiate de 10% des retraites de base et complémentaire.

Et ce ne sera qu’un acompte ! Ceci est légitime lorsque dans le même temps, le gouvernement trouve 413 milliards pour sa loi de programmation militaire. L’URSSAF évalue à 73,7 milliards d’euros les allègements de cotisations sociales patronales en 2022 et tout ça sans contreparties. Pour le premier semestre 2023, 38 des 40 grands actionnaires cotés à la Bourse de Paris ont déjà dégagé 81 milliards d’euros de bénéfices…

L’accès aux soins et aux services publics de proximité sont aussi au cœur des préoccupations des retraités. La casse de notre système de santé a des conséquences dramatiques. Le nombre de personnes souffrant d’une affection longue durée (ALD) sans médecin traitant atteint les 800 000 en 2023 contre 510 000 fin 2018. Nous connaissons une pénurie, sans précédent, de médecins, que ce soit en ruralité ou en zone urbaine, ce qui entraine le renoncement aux soins pour 16 millions de personnes chaque année. Face à cette situation, la CGT propose la création de centres de santé publics avec des professionnels salariés. Il faut revenir à des services publics de qualité et de proximité. Par ailleurs, qu’en est-il de cette loi de programmation « grand âge », promise par le gouvernement depuis trop longtemps, alors que les besoins sont immenses tant pour le maintien à domicile que pour un accueil digne en EPHAD ? Avec la CGT, exigeons le financement de la perte d’autonomie par l’assurance maladie. Il faut gagner une Sécurité sociale intégrale !

Les guerres, dans le monde et en Europe, semant misère et désolation parmi les populations civiles sont, pour nous tous, des sources d’anxiété. Fidèle à ses valeurs internationalistes et pacifiques, la CGT condamne ces crimes contre l’humanité. Depuis le début de la guerre Israélo-Palestinienne, la CGT s’inscrit dans les initiatives de rassemblement les plus larges pour obtenir un cessez-le-feu immédiat et la réouverture d’un processus de paix durable sur la base des résolutions de l’ONU.

Cette montée des conflits s’accompagne d’une progression de l’extrême droite à l’échelle mondiale (tout dernièrement en Argentine, aux Pays-Bas). Dans son intervention lors du 12ème congrès de l’UCR CGT qui s’est tenu du 27 novembre au 1er décembre 2023 à St Malo, Sophie Binet, Secrétaire Générale de la CGT, a rappelé que « les idées de l’extrême droite n’ont pas leur place à la CGT. La CGT refusera toujours de banaliser les héritiers de ceux qui ont déporté Henri Krasucki, Georges Séguy, Martha Desrumaux et des millions d’autres ». La CGT n’a de cesse de lutter contre les racismes, l’antisémitisme et l’islamophobie et les stratégies de récupération et de division qui profitent à l’extrême droite.

2023 s’achève avec la grande euromanifestation appelée par la Confédération Européenne des Syndicats (poussée par la CGT) à Bruxelles le 12 décembre : Ensemble contre l’austérité, pour nos salaires et nos retraites, l’investissement public, l’égalité entre les femmes et les hommes en France et en Europe.

2024 approche. En 2024, ne lâchons rien sur nos revendications et  nos libertés. Faisons vivre nos valeurs. C’est par la mobilisation et l’action que nous gagnerons !

« La régression sociale ne se négocie pas, elle se combat.  » (Henri Krasucki)

Le Lien n° 36 Décembre 2023

 

 

Partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *